Gene Vincent Lonely Street Forum

Gene Vincent Forum FAN CLUB
 
HomeHome  PortailPortail  RegisterRegister  Log in  

Share | 
 

 traduc Gene life by Steve Aynsley

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
Admin Lee-Loo
Admin


Female Nombre de messages : 6995
Localisation : Pyrénées
Date d'inscription : 2007-01-06
Age : 51
Emploi : Fondateur/presidente Lonely Street site/forum/fanClub

PostSubject: traduc Gene life by Steve Aynsley   04.01.08 15:58



"WAS GENE VINCENT TOO WILD FOR AMERICA?"

by Steve Aynsley. (Posthumously still enjoying legendary status in Europe and as far away asJapan and Australia.)


In a pop climate where Mitch Miller was still riding high and Pat Boone was 'stealing' hits from the likes of Little Richard and Fats Domino, it would seem unlikely that a skinny white punk from Virginia could have any impact on the charts. However, with The Hillbilly Cat from Tupelo gaining so much ground on crooners like Andy Williams, it would seem more hopeful that an almost novelty rock n roll song could become a million-seller. The song was 'Be-Bop-A-Lula' but the artists were no novelty act - they were the wild and frantic Gene Vincent and his Blue Caps!!

So wild and frantic were they that within six months of the record peaking in the Billboard charts, the band was almost burnt up. They had played Vegas in front of an audience within which a very appreciative Liberace and Lena Horne echoed the crowd's enthusiasm. So much so that Mr. Vincent, 'The Screaming End', and his merry band of Blue Caps were told by the Casino management to tone down their act ... the punters were too busy watching the awesome rockers to play the tables - Bring back Pat Boone ... all isforgiven!

Earlier, Vincent had shared the bill in New York with Red Foley's nephew, the enigmatic Mr. Boone who insisted, because of his popularity, on closing the show. Gene Vincent and The Blue Caps took so much from the kids that night with their antics that they had nothing left to give Pat Boone. He played to an empty house after the police had to be called to calm down the almost riotous audience. Such was Gene Vincent's impact in 1956!

During those first six months, Gene Vincent recorded with his Blue Caps, 27 tracks at Owen Bradley's famous studio in Nashville, from which came two million-sellers: 'Be-Bop-A-Lula' and 'Bluejean Bop' followed by the best selling 'Bluejean Bop' album. He appeared in the classic rock 'n' roll movie with Jayne Mansfield, 'The Girl Can't Help It' alongside Eddie Cochran,Little Richard, Fats Domino and The Platters and his records appeared in the best sellers all over the world. His recordings spanned diversities from the highly provocative 'Woman Love', 'Race With The Devil' and 'Cat Man' to the emotively tender 'Unchained Melody' and 'I Sure Miss You'.

From the earliest days, Vincent's persona was split between Devil and Angel with, I fear, to the horror of the parents of middle class America's teenagers, the Devil most often coming out on top! In fact, he was almost too wild, not only for America, but also for himself. By the end of 1956 not only had his worn-out Blue Caps disbanded and gone back to their country homes, but his own body began to weaken too. His already damaged left leg began to worsen.

In the summer of 1955 Vincent broke his leg in an accident whilst riding his powerful Triumph motorcycle from the Naval Base in Portsmouth where he was stationed on the USS Tutuila. Gene's passion for motorcycles was as strong as his passion for girls and on his 21st birthday in February 1956 he married his current fifteen (going on sixteen) year old sweetheart Ruth Ann Hand. They separated soon as Gene started to become popular and the divorce settlement gained her a Cadillac and a thousand dollars. Ruth Ann was a nice "down home" girl ... definitely not the sort to fit into Gene's wild lifestyle for long.

Gene spent the first few months of 1957 in and out of hospital having his leg cared for. It should have been amputated after the accident but Gene begged his mother not to give the doctors permission to do so. During this hospitalisation Gene planned his next assault on the 'wide eyed and innocent' rock 'n' roll teenagers of America. Paul Peek, who later in his own right dented the Billboard Hot 100 with his Columbia release 'Pin The Tail On The Donkey', had stepped in to play rhythm guitar during the Las Vegas stint after the departure of Wee Willie Williams. Paul was originally pedal steel man with the South Carolina based Country Earl and the Circle E Ranch Band. The late legendary lead guitarist Galloping Cliff Gallup showed Paul the chords just prior to his own departure (hence the appearance of Russell Wilaford in 'The Girl Can't Help It') and Paul became a Blue Cap. He's the manic gum-chewing rhythm guitarist in that very same picture. Paul managed to persuade lead guitarist Johnny Meeks and bass player Bobby Lee Jones from the Ranch Band to join him in the Blue Caps. Gene took to Johnny straight away identifying a kindred spirit and was also taken with Johnny's rare three-neck guitar. The 'new' band of Blue Caps were completed by Virginian Tommy 'Bubba' Facenda and the original drummer Dickie 'Be Bop' Harrell. Tommy Facenda was later to find fame as a solo artist on Atlantic records with his hit 'High School USA' but in The Blue Caps he, alongside Paul Peek, became a backing vocalist, dancer and 'clapper-boy'.

In the Summer of 1957 the band travelled to the Capitol Tower in Hollywood and recorded four tracks, two of which became a million selling double sider coupling the powerful hand-clapping rocker �Lotta Lovin" with the tender Bobby Darin song 'Wear My Ring'. During the same session Gene recorded the very risqu� 'Rollin' Danny', once again echoing his 'split' musical personality.

Gene and his new, even wilder Blue Caps tore up the Mid West with their crazy stage act coupling Gene's demonic image with Tommy Facenda's exaggerated posing. Tommy was a good-looking boy of Italian decent and was accordingly very popular with the girls. With the rest of the band laying down a solid rockin' beat there was no stopping them ... or so they thought...

Success continued with 'Dance To The Bop' and appearances in the film 'Fury Unleashed' (alternative title 'Hot Rod Gang') and on National Television with Dick Clark and Ed Sullivan, but the demise was imminent. Behind the scenes stories of girls, wild parties and wrecked motel rooms gave them an image so wild that it made the much later Rolling Stones look like kindergarten children. This, however, was 1958 and America was not quite ready for such behaviour and despite some epic Capitol releases like 'Walking Home From School', 'Baby Blue', 'Rocky Road Blues' and 'Say Mama', Gene and The Blue Caps could not even nudge the Hot 100. A new breed of clean- pretty boys had come along. Nice chaps like Frankie Avalon, Fabian, Bobby Rydell and Bobby Vee were becoming increasingly popular in the teenage market. They wore smart suits and sported neat hairstyles and did not burn down motels. They were the standard 'boy next door' which every good girl could take home to meet mother.. and father. In America in 1958, kids whodid not seek their parents' approval were classed as delinquents. Vincent and his Blue Caps were definitely delinquents in the eyes of America's parents and despite a drastic change of image with the release of tender ballads like 'Over The Rainbow' and 'The Night Is So Lonely', Gene just could not compete. His final US Capitol release of 1959 was aptly named 'Wildcat'.

In the United Kingdom and other parts of Europe, however, the story was much different. Here, as in Japan, where Gene toured to record-breaking audiences with guitarist Jerry Merritt, the teenagers were starved ofauthentic American rock �n roll artists. Elvis was having his image cleaned up in the US Army serving in Germany whilst Ricky Nelson basqued in the glory of temporarily taking over his crown. Bobbies Vee and Rydell were as popular as they were in the States but still the rock hungry British audiences wanted more. And they got it. In 1960, Gene Vincent toured the UK with Eddie Cochran after exciting television audiences in the rock �n roll show 'Boy Meets Girls' produced by Jack Good (of Shindig fame). Rather than clean up Gene's wild image, Jack got him to amplify it by dressing him entirely in black leather, draping a silver chain medallion around his neck and getting him to exaggerate the limp caused by the leg injury. He looked very like a modern day Richard lll - the twisted and deranged evil British monarch whom Shakespeare had given immortality.



The cast was now moulded and Gene could never again become the 'Angel'. Forever more he would be the 'Devil'. 'Wildcat' became a hit in Britain and Gene and Eddie Cochran became rock 'n' roll legends. Unfortunately Eddie did not live long enough to enjoy such status as he was killed in a car crash as the two friends were being driven to the airport so that they could fly home for a week's Easter break during the tour.

Gene Vincent had more hits in Britain including 'Pistol Packing Mama', 'She She Little Sheila' and 'I'm Goin' Home'. He appeared in two British movies: 'It's Trad Dad' in 1962 and 'Live It Up' in 1963. By the mid sixties his success was eroded. Not by his wild behaviour however (for by this time he'd almost become a parody of his former self), but by the very people who had started out copying the likes of him and Little Richard ... the new beat generation spearheaded by The Beatles.

In the late sixties Gene would find himself back in the States recording some excellent country rock. His performances were artistically stylish but tinged with a hint of sadness reflecting his former glories. Gene Vincent died with a bleeding ulcer attributed to excess alcohol and drugs to kill the extensive pain in his damaged leg. He was 36. He died in California in October 1971.

He is buried at the Eternal Valley Memorial Park close to the San Fernando Highway not far from Newhall where he died. He died, save for a few close family friends and associates, a forgotten man in America yet he had enjoyed three gold discs, has a sidewalk star on Vine Street in Hollywood, toured Japan and Australia and appeared in four movies. A rock and roll legend around the world yet only now in 1998 has Gene been recognised by his own country with his inauguration into the Cleveland 'Rock & Roll Hall Of Fame� . He was, until now, sadly neglected by his own country, his only crime being that he reflected the REAL spirit of teenage America and not the watered down, squeaky clean image that their parents wanted the world to see.

Yes, Gene Vincent WAS too wild for America but if the people of this great continent had realised the full talent of the 'Black Leather Rebel' they would have added to their roster an artist whose act was more visual than Michael Jackson, James Brown and Tina Turner combined. His vocal range have inspired ornithologists to create a new species of the bird family. He was indeed; the most talented yet most underrated artist ever to leave the shores of America.

The 1957 line-up of Gene's Blue Caps still occasionally play today. Johnny Meeks, Tommy Facenda, Paul Peek, Bobby Lee Jones and Dickie Harrell re-formed in 1982 After 25 years to complete a ten day UK tour and record an album of both old and new songs ("Blue Caps Unleashed" - Magnum Force MFLP 019). To date they have toured Europe on five different occasions and have appeared in both Clear Lake and Hollywood in the U.S.A. A further album was recorded in 1993 and released to coincide with their appearance, in London, at the ROCKERS REUNION in January of 1997. 'Hep To The Beat' is available on Pollytone Records (PEPCD 119).

STEVE AYNSLEY










_________________
Vous etes ici sur le forum
VISITEZ LONELY STREET :

GENE VINCENT
--- NEW !! / http://gene.vincent.fanclub.voila.net/


Le Fan Club Lonely Street sur Myspace international :
http://www.myspace.com/genevincentfanclubfr
RETROUVEZ NOUS SUR FACEBOOK !! http://www.facebook.com/pages/GENE-VINCENT-FAN-CLUB/228785458542
Gene's life year bu year with pictures !

MAIL Joindre Lonely Street : genevincentfrance@yahoo.fr



Lee-Loo
Back to top Go down
jimmy
Membre Fan Club


Male Nombre de messages : 343
Localisation : Paris
Date d'inscription : 2007-09-27
Age : 45
Emploi : militaire

PostSubject: hello   26.06.08 13:16

LEE LOO, peux tu stp me confirmer que cette trad n' a pas encore été faite ???????


merci.




traduction Gene life par steve Aynsley

Gene Vincent était il trop sauvage pour l'Amérique ?

Gene Vincent est encore considéré aujourd'hui comme une légende en Europe et même au Japon et en Australie.

Dans un climat de pop music ou Mitch Miller avait encore du succès et ou Pat Boone "récupérait" des titres de chez Little Richard et Fats Domino, il semblait peu probable qu'un punk blanc et maigrichon originaire de Virginie, puisse avoir un impact quelconque dans les charts.

Cependant avec l'apparition de ce mec fan de hillbilly originaire de tupelo, qui rognait sur les succès de crooners comme Andy Williams, il y avait un peu plus de chances de voir un Rock, presque nouveau à cette époque, se vendre à un million d'exemplaires. Ce Rock, c'était Be Bop A Lula chanté par Gene Vincent accompagné de ses sauvages et frénétiques Wild cats!!

Ils étaient justement tellement sauvages et frénétiques qu'en à peine 6 mois de présence au sommet des charts, le groupe était déjà presque épuisé. Ils avaient joué à Vegas devant un public dont Liberace et Lena Horne témoignèrent de l'enthousiasme. Cet enthousiasme était justement tellement énorme, que M. Vincent "the screaming end" et sa bande de joyeux lurons reçurent la consigne de la direction du casino de calmer un peu leur jeu de scène. Les joueurs étaient tellement occupés à regarder ces terrifiants rockers qu'ils en oubliaient de parier!!

......."On vous pardonne tout, mais s'il vous plait ramenez nous Pat Boone"!!!..............



(NDT: confusion entre un album de Gene Vincent intitulé "the screaming end" paru plus tard, et son surnom "the screaming guy" ce qui n' a rien à voir)

Un peu plus tôt Gene avait partagé l'affiche avec le neveu de Red Foley à New York. L'énigmatique M. Boone avait alors insisté pour clore le show du fait de sa grande popularité. Cependant Gene Vincent et ses Blue Caps avaient été tellement bons cette soirée, qu'ils ne laisssèrent rien à Pat Boone, et celui-ci chanta devant une salle vide après que la police eut été appellée pour calmer le public au bord de l'émeute!!!

Voilà quel était l'impact de Gene Vincent en 1956!!

suite bientôt

Jimmy
Back to top Go down
Admin Lee-Loo
Admin


Female Nombre de messages : 6995
Localisation : Pyrénées
Date d'inscription : 2007-01-06
Age : 51
Emploi : Fondateur/presidente Lonely Street site/forum/fanClub

PostSubject: Re: traduc Gene life by Steve Aynsley   26.06.08 13:34

je te confirme, pas lu de traduc avant

_________________
Vous etes ici sur le forum
VISITEZ LONELY STREET :

GENE VINCENT
--- NEW !! / http://gene.vincent.fanclub.voila.net/


Le Fan Club Lonely Street sur Myspace international :
http://www.myspace.com/genevincentfanclubfr
RETROUVEZ NOUS SUR FACEBOOK !! http://www.facebook.com/pages/GENE-VINCENT-FAN-CLUB/228785458542
Gene's life year bu year with pictures !

MAIL Joindre Lonely Street : genevincentfrance@yahoo.fr



Lee-Loo
Back to top Go down
jimmy
Membre Fan Club


Male Nombre de messages : 343
Localisation : Paris
Date d'inscription : 2007-09-27
Age : 45
Emploi : militaire

PostSubject: suite   27.06.08 15:34

HELLO LEE LOO COMMENT VAS TU? LA SANTE? FAIT BEAU CHEZ TOI?

SUITE DE LA TRAD.

TOUJOURS INTERRESSANT DE SE REPLONGER DANS L AMERIQUE DES ANNES 50 ET 60 ET DE VOIR LE CHOC DU ROCK N ROLL AVEC UN GENIE COMME GENE VINCENT.





Pendant ces 6 premiers mois, Gene Vincent enregistra avec ses Blue Caps 27 morceaux au célèbre studio de Owen Bradley à Nashville. C'est de là que sortirent les 2 tubes vendus à des millions d'exemplaires : Be Bop A Lula et Bluejean Bop, bientôt suivis par l'album Bluejean Bop tout aussi bien vendu. Il apparut dans le classique du cinéma Rock "The girl cant help it" avec Jayne Mansfield, Eddie Cochran, Little richard, Fats Domino et les Platters. Ses disques étaient de ceux qui se vendaient le mieux au monde.

Ses enregistrements allaient de l'hyper provoquant Woman love, à Race with the devil et Cat man, ainsi qu'aux tendres morceaux comme Unchained melody et I sure miss you.

Depuis le tout début, la personnalité de Gene Vincent était partagée entre ange et démon, avec une réelle prédilection pour le second, ce qui horrifiait les parents de la classe moyenne américaine.

En Fait il était trop sauvage, pas seulement pour l'amérique mais aussi pour lui même. A la fin de 1956, non seulement les Blue caps s'étaient séparés pour rentrer chez eux mais son propre corps commençait aussi à fatiguer. L'état de sa jambe déjà endommagée empirait.

A l'été 1955 Gene avait eu la jambe cassée alors qu'il chevauchait sa puissante moto Triumph, du côté de la base navale de Portsmouth ou il était affecté sur le "USS Tutuila".La passion de Gene pour les motos était aussi forte que celle qu'il avait pour les filles, et c'est à 21 ans qu'il se maria avec sa fiancée âgée de 15 ans (bientôt 16) Ruth Ann Hand. Ils se séparèrent alors que Gene commençait à être connu et le divorce rapporta à Ruth une cadillac et mille dollars. C'était une gentille fille rangée, mais certainement pas le genre de fille adaptée à la vie à 100 à l'heure de Gene .

Gene passa les premiers mois de 1957 à faire des allers et retours à l'hôpital en raison de son problème à la jambe.Elle aurait du être amputée juste après l'accident mais Gene supplia sa mère de ne pas autoriser les médecins à le faire. Pendant son séjour à l'hôpital, Gene planifia sa nouvelle offensive vers les gentils et innocents adolescants américains amateurs de Rcok'n'Roll.

Paul Peek qui allait entrer dans le "Billboard hot 100" un peu plus tard avec sa chanson "Pin the tail on the donkey" éditée par Columbia, entra en scène pour jouer de la guitare rythmique pendant les shows à Las Vegas, en remplacement de Wee Willie Williams. Il jouait à l'origine du pedal steel, dans le groupe "Country earl and the circle E ranch band", alors basé en Caroline du sud. Le dernier lead guitar de légende Galloping Cliff Gallup lui montra les accords juste avant de partir. (D'ou l'apparition de Russell Wilaford dans le film The girl can't help it)

C'est comme ça que Paul devint un Blue cap. C'est le guitariste rythmique qu'on peut voir machant frénétiquement son chewing gum dans ce même film. Paul parvint à convaincre le lead guitar Johnny Meeks et le bassiste Bobby Lee Jones du "Ranch Band" de le rejoindre dans les Blue Caps. Gene le prit immédiatement voyant en lui son âme soeur, et fut aussi impressionné par la très rare guitare à 3 manches de Johnny. Le groupe fut complété par le virginien Bobby Facenda et le batteur original Dickie Be Bop Harrell. Tommy Facenda devint célèbre par la suite en tant qu'artiste solo avec Atlantic records et son succès "High school USA". Cependant il devint aussi avec Paul Peek un choriste, danseur, et un clapper boy de Gene.
Back to top Go down
floke94



Male Nombre de messages : 726
Localisation : val de marne
Date d'inscription : 2007-04-19
Age : 51
Emploi : agent de maitrise/cariste

PostSubject: Re: traduc Gene life by Steve Aynsley   28.06.08 1:25

merci jimmy



Henry
Back to top Go down
jimmy
Membre Fan Club


Male Nombre de messages : 343
Localisation : Paris
Date d'inscription : 2007-09-27
Age : 45
Emploi : militaire

PostSubject: hello   30.06.08 12:17

Suite de la trad:

A l'été 1957 le groupe se rendit à la tour Capitol à Hollywood et enregistra 4 morceaux, dont deux doubles faces se vendirent à des millions d'exemplaires. L'un, "Lotta lovin", était caractérisé par les applaudissements en rythme, alors qu'on pouvait entendre sur l'autre face, le tendre Bobby Darin chantant "Wear my ring". Mais Gene enregistra aussi le risqué "Rollin dany", démontrant une fois de plus la diversité de ses talents musicaux.

Gene et ses nouveaux et encore plus sauvages Blue caps firent un tabac dans le mid west avec leur irrésistible jeu de scène, associant l'image quasi démoniaque de Gene avec le style excessif de Tommy Facenda. Tommy était un beeau gars d'origine italienne et avait de ce fait, beaucoup de succès auprès des filles. Avec le reste du groupe assurant un solide tempo, rien ne pouvait les arrêter, du moins c'est ce qu'ils croyaient.....

Le succès se poursuivit avec "Dance to the bop" et des apparitions dans des films comme "Fury unleashed", encore appellé "Hot rod gang", ou des apparitions à la télévision avec Ed Sullivan et Dick Clark, même si la fin était en réalité imminente. En dehors de la scène, les histoires de filles, d'orgies et de chambres de motels dévastées leur firent une telle image, que les Rolling stones apparurent par la suite, comme les pensionnaires d'un jardin d'enfants.

Ceci, se passait en 1958 et l'amérique n'était alors pas prête pour un tel comportement. De ce fait malgré des sorties comme "Walking home from school", "Baby blue", "Rocky road blues" et "Say mama", chez Capitol, Gene et les Blue caps ne pouvaient pas même atteindre le Top 100. Une nouvelle race de garçons propres sur eux était apparue, et des types comme Frankie Avalon, Fabian, Bobbie Rydell et Bobby Vee devenaient de plus en plus populaires auprès des adolescants. Ils portaient de jolies vestes et avaient des coupes de cheveux nettes, mais surtout ils ne mettaient pas le feu aux chambres de motel.
Back to top Go down
jimmy
Membre Fan Club


Male Nombre de messages : 343
Localisation : Paris
Date d'inscription : 2007-09-27
Age : 45
Emploi : militaire

PostSubject: suite TRAD   01.07.08 11:44

hello à tous!!

Suite trad:



C'était juste les "gentils garçons d'à côté", que chaque fille pourrait inviter à la maison et présenter à sa maman. En 1958 en Amérique, les enfants qui ne recherchaient pas systématiquement l'autorisation de leurs parents étaient classés comme délinquents, et Gene et ses Blue caps en étaient certainement aux yeux des parents. Cet état de fait subsista malgré un changement drastique d'image avec la sortie de tendres ballades comme "Over the rainbow" et "The night is so lonely". Gene ne pouvait pas lutter contre eux. Sa dernière sortie aux USA fut très justement nommée Wildcat.

Au Royaume Uni et dans d'autres endroits d'Europe l'histoire était en revanche totalement différente. Ici come au Japon, ou Gene fit des tournées devant des publics très nombreux avec le guitariste Jerry Merritt, les jeunes étaient avides de vrais rockers. Elvis avait maintenant une image aseptisée du fait dee son service militaire dans les unités américaines stationnées en Allemagne, pendant que ricky Nelson profitait de cette couronne que lui avait laissée temporairement le King. Bobby Vee et Rydell étaient aussi populaires qu'aux Etats-Unis mais le public de rockers britannqiues voulait plus. Et ils eurent plus.

En 1960, Gene et Eddie Cochran firent une tournée en Grande Bretagne à la suite d'émissions TV de Rock qui avaient eu un énorme succès, telle la joyeuse "Boy meets Girls" produite par Jack Good. Au lieu d'aseptiser l'image sauvage de Gene, Jack Good l'amplifia en le revêtant de cuir noir de la tête au pied, et en lui mettant un médaillon et une chaine d'argent autour du cou, lui demandant même d'éxagérer le boitillement de sa jambe blessée. Il ressemblait vraiment à un Richard III moderne, le roi fou et dangereux britannique devenu immortel grace à Shakespeare.
Back to top Go down
jimmy
Membre Fan Club


Male Nombre de messages : 343
Localisation : Paris
Date d'inscription : 2007-09-27
Age : 45
Emploi : militaire

PostSubject: hello   02.07.08 13:45

Suite TRAD

Le moule avait été coulé et Gene ne deviendrait plus jamais un "ange". Il serait le diable en personne pour toujours. "Wildcat" devint un hit en Grande Bretagne et Gene et Eddie devinrent des légendes du Rock'n'roll. Malheureusement, Eddie ne vécut pas assez longtemps pour jouir de ce statut. Il mourut dans un accident de voiture, alors qu'ils se rendaient tous les 2 à l'aéroport, pour faire une pause chez eux et y passer les vacances de Pâques.

Gene Vincent eut encore plusieurs succès en Grande Bretagne avec notamment "Pistol Packin'mama", "She, she Little Sheila" et "I'm going home". Il fit des apparitions dans deux films britanniques: "It's trad dad" en 1962, et "Live it up", en 1963. Cependant, au milieu des années 60, sa popularité commençait à décroitre, non pas en raison de son comportement sauvage (cela était déjà devenu à ce moment une parodie de lui même), mais plutôt à cause des gens qui avaient copié son style dès le début, ainsi que celui de Little Richard.... La nouvelle génération Beat privilégiait désormais Les Beatles.

A la fin des années 60, Gene retourna aux Etats-Unis afin d'enregistrer quelques excellents morceaux de country Rock. Ses apparitions scéniques avaient du style mais étaient teintées d'une certaine tristesse sans doute liée à ses premières gloires; Gene Vincent mourut des suites de la rupture d'un ulcère apparu à cause de son alcoolisme et de ses abus de drogues. Celles-ci l'aidaient à combattre les douleurs causées par sa jambe endommagée. Il avait 36 ans et décéda en Californie en octobre 1971.

Il est enterré à Eternal valley Memorial park, à côté de l'autoroute de San fernando, et pas très loin de Newhall, ou il décéda. Il disparut, sauf pour quelques amis proches de sa famille et quelques associés. Pour le reste, il avait été oublié aux Etats-Unis alors même qu'il avait eu 3 disques d'or, avait une étoile à son nom sur Vine street à Hollywood, avait joué dans 4 films, et avait fait des tournées au Japon et en Australie.

Une légende mondiale du Rock'n'Roll qui n' a été reconnue dans son propre pays qu'en 1998 avec son entrée dans le Rock'n'Roll hall of fame de Cleveland. Il était négligé par son prpre pays jusque là, son seul crime ayant été de refléter le vrai état d'esprit des adolescents américains, et non l'image propre et aseptisée que souhaitaient leurs parents.

Oui, Gene Vincent était trop sauvage pour l'Amérique, mais si les habitants de ce continent magnifique avaient réalisé l'immense talent du rebelle en cuir noir ils l'auraient rajouté à leur palmarès, lui qui avait un jeu de scène plus spectaculaire que ceux de Mickael Jackson, James Brown et Tina Turner réunis. L'étendue de ses capacités vocales incitèrent même les ornitologues à créer une nouvelle espèce dans la classification des oiseaux. Il était réellement le plus talentueux et le plus sous estimé des artistes à quitter les rivages de l'Amérique.

La version de 1957 de Gene Vincent est encore parfois passée sur les ondes aujourd'hui. Johnny Meeks, Tommy facenda, paul Peek, Bobby Lee Jones, et Dickie Harrell, se sont reformés en 1982 après 25 ans afin de faire une tournée de 10 jours en GB et d'enregistrer un album de vieilles et de nouvelles chansons (Blue caps unleashed, magnum force MFLP 019). Ils ont fait des tournées en Europe à 5 occasions, et des apparitions à Clear lake et Hollywood aux USA. Un album supplémentaire fut enregistré en 1993 et sortit en même temps que leur apparition à Londres à la Rockers reunion en janvier 1997.
Back to top Go down
Sponsored content




PostSubject: Re: traduc Gene life by Steve Aynsley   Today at 19:15

Back to top Go down
 
traduc Gene life by Steve Aynsley
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1
 Similar topics
-
» Gene HENSLEE
» Steve Coleman
» Steve Reich
» Steve Earle
» Steve Reich

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
Gene Vincent Lonely Street Forum :: Click : TRADUCTION - Découvrir ou nous aider a traduire, c'est ici !-
Jump to: